Noël : il faut être raisonnable

Bonjour,

Je ne m’en cache pas sur mon site, je suis chrétien. Convaincu, vivant ma foi en Jésus au quotidien. Ce n’est pas une religion, des rites à suivre. Non ! Jésus est une personne, que l’on peut connaître, et la relation que j’ai avec lui transforme et impacte toute ma vie. C’est parce que je suis chrétien que je me comporte tel que je suis, chez moi, à l’église ou au boulot.

Et en cette période, j’avoue être très frustré ! Eh oui, beaucoup ont complètement oublié la vraie signification de Noël. Certains ne pensent qu’aux cadeaux, aux fêtes de famille, aux bons repas. J’ai entendue une collègue me parler de son insistance pour que son fils croie au Père-Noël, et en même temps du côté commercial de Noël. Elle a terminé par l’esprit de Noël, qui fait que tout le monde est gentil.
En tant que chrétien, il y a un constat à faire : l’homme est pourri par nature. La Bible est très claire sur le sujet, et personne ne fait exception, certainement pas moi. Mais Dieu a envoyé son Fils pour mourir pour nous, pour moi, et me donner une vie qui lui plaît. Ce n’est pas que je suis meilleur qu’un autre. Loin de là ! Mais j’ai accepté le sacrifice de Jésus sur la croix pour moi, et le don d’une nouvelle vie qu’Il me fait.

Pourquoi un sacrifice ? Parce que l’homme étant désobéissant envers Dieu (c’est ce qu’on appelle le péché), il mérite une punition, et celle-ci est la mort. Peu importe que vous soyez à peu près gentil. Même si vous n’avez à peu près rien fait de mal dans votre vie, que vous essayez de faire du bien autour de vous. Si vous rejettez le sacrifice de Jésus, alors vous insultez Dieu.

Et Noël, ça parle exactement de ça : Jésus venu sur terre, vivre et surtout mourir pour nous réconcilier avec Dieu. Alors quand on n’entend plus parler de Dieu et de Jésus à Noël, c’est bien triste. Comme beaucoup de chrétiens, j’utilise un éphéméride avec des versets bibliques, et un petit message pour chaque jour. Et le feuillet de ce matin amenait à la même pensée, lisez-donc :

Je ne comprends pas les hommes, dit Dieu :
Tous s’apprêtent à fêter Noël et si peu pensent à mon Fils !
Noël est pourtant la fête de mon Fils, ou bien ?
Et eux, les hommes – pas tous, mais la plupart –
Font de Noël leur fête à eux.
Ils mangent et boivent en famille, ils se font des cadeaux.
Je veux bien qu’ils s’offrent des cadeaux,
Et demande même qu’ils en reçoivent.
Mais qu’ils n’oublient pas le cadeau extraordinaire
Que moi – Père – je leur ai fait de mon Fils unique.
A-t-on jamais vu un père donner son fils en cadeau ?
J’ai fait don de mon Fils aux hommes qui se perdaient,
Parce que mon amour pour eux
Ne voyait pas d’autre moyen de les sauver.
J’ai bien le droit de demander qu’à Noël
Les hommes pensent moins à leurs cadeaux à eux
Et davantage à mon cadeau à moi.
Et je sais à quel point cela vaudrait mieux pour eux.
Il faut être raisonnable, dit Dieu :
Ou bien fêter Noël et recevoir mon Fils, obéir à mon Fils,
Ou bien ne pas recevoir mon Fils, mais alors ne pas fêter Noël,
Il faut être raisonnable, dit Dieu.

Charles Péguy, écrivain et poète français (1873-1914) – Feuillet Vivre Aujourd’hui du 24/12/2017

Alors, je vous souhaite de fêter Noël, comme la naissance de Jésus, le Sauveur de l’humanité, ou bien de ne pas le fêter du tout. Ce sera plus raisonnable !

 

Michaël


Laisser un commentaire